Logo


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers - Position médiale - Emprunt - 11/04/2016 - Les Echos - SOPHIE ROLLAND - Lien -
Contexte : "Les FinTech , menace ou opportunité pour la gestion d' actifs ? S' il est encore trop tôt pour trancher , la conférence des « Echos » du 5 avril a confirmé le vif intérêt des professionnels pour ces nouveaux acteurs . La place et la stratégie des « robo-advisors » ( robots-conseillers , en français ) en particulier , ont été longuement débattues . Rien d' étonnant à cela . Aux Etats-Unis , les montants gérés par les « robo-advisors » sont compris entre 8 et 10 milliards d' euros . Et les stars du secteur , Wealthfront et Betterment , totalisent chacun plus de 2 milliards de dollars d' actifs sous gestion . Quant au troisième , FutureAdvisor ( créé en 2010 ) , il a été racheté par le géant américain BlackRock entre 150 et 200 millions de dollars l' été dernier . De quoi faire tourner quelques têtes . «"


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers - Position médiale - Emprunt - 28/09/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Les « robo-advisors » à l' épreuve des faits . Ces nouveaux acteurs apparus d'abord aux Etats-Unis et plus récemment en France veulent démocratiser la gestion de patrimoine en l' automatisant : souscription du contrat , suivi des portefeuilles et parfois même choix d' investissement , tout peut en théorie passer en mode 2.0 ( lire ci-dessous ) . En France , Yomoni est l' un des rares acteurs à ne pas être totalement inconnus du grand public . Et pour cause . Cette fintech s' est offert une campagne d' affichage dans le métro parisien . Après une année complète d' activité ,"


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers - Position médiale - Emprunt - 13/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Concurrents mais aussi partenaires . Dans un certain nombre de situations , l' offre fintech peut se révéler complémentaire de la gestion d' actifs traditionnelle . Premier exemple de cette coopération : les « robo-advisors » . Leur valeur ajoutée repose sur leur capacité à proposer aux épargnants une allocation d' actifs correspondant à leur profil , le tout avec un modèle low cost , par opposition à la banque privée classique . Pour y parvenir , ils ont recours aux ETF ( fonds indiciels cotés ) , très peu chargés en frais . Ils ouvrent ainsi un nouveau canal de distribution aux fabricants de ces produits , qui , en Europe , ont essentiellement réussi à séduire des investisseurs institutionnels . Certains , comme Lyxor , avaient essayé de cibler les particuliers avec le lancement"


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Emprunt - 06/10/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Ciblant un large public ( de zéro à plusieurs centaines de milliers d' euros disponibles ) , les promoteurs des « robo-advisors » à la française entendent « offrir , à moindre coût , la qualité d' un suivi personnalisé jusqu' alors réservée aux plus fortunés ou aux experts » , résume -t-on chez Advize Group . Pour ce faire , ils exploitent des algorithmes ( d' le qualificatif de « conseillers robots » ) qui leur permettent de « définir la frontière efficiente d' un portefeuille en fonction d' un profil de risque lui-même prédéterminé et quantifié sur la base d' un questionnaire précis » , explique Mathieu Hamel . "


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | ÉCONOMIE-Commerce - Position finale - Emprunt - 26/07/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "de décisions financières , précise Eric Delannoy , président-fondateur du cabinet Tenzing , spécialiste de l' innovation bancaire . Or les banques n' ont d' autre choix , dans le contexte actuel , que de mettre de l' innovation dans la relation client à la fois pour l' enrichir et éviter que d' autres acteurs le fassent . » D'abord poussés par les établissements à traiter eux-mêmes les tâches les plus simples , les clients sont désormais prêts à faire plus . Une étude de MyPrivateBanking Research parue en 2015 estimait que le montant d' actifs gérés par les « robo-advisors » dans le monde devrait passer de 20 milliards de dollars fin 2015 à 420 milliards en 2020 : de quoi donner des sueurs froides aux conseillers patrimoniaux . "


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | ÉCONOMIE-Commerce - Position finale - Emprunt - 28/09/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "A ce stade sept robo-advisors se sont lancés en France entre juin 2012 ( pour Advize ) et avril 2016 ( WeSave ) , et un huitième verra bientôt le jour . Au moins six autres sont en préparation . "


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | ÉCONOMIE-Commerce - Position finale - Emprunt - 01/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "L' américain Betterment , l' un des pionniers des « robo-advisors » , ces intelligences artificielles capables d' accompagner les épargnants dans leurs choix d' investissements , boucle la boucle . Depuis mardi , la fintech - qui revendique 7 , 3 milliards de dollars d' actifs sous gestion - offre à ses clients la possibilité de rencontrer un conseiller patrimonial . en chair et en os . Cette option , baptisée « Betterment Plus » permettra , pour un coût additionnel , de voir une fois par an un professionnel de la gestion . Cette logique est portée plus loin avec « Betterment Premium » , qui donne un accès illimité à"


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | ÉCONOMIE-Commerce - Position médiale - Emprunt - 24/03/2016 - Les Echos - SHARON WAJSBROT - Lien -
Contexte : "Pour les banques , la menace est d'autant plus sérieuse que leurs meilleurs clients se révèlent plus tentés que la moyenne par les services de ces acteurs émergents . Selon l' étude , 9 % des clients patrimoniaux ( qui disposent de plus de 25.000 euros d' avoirs ) déclarent utiliser des services de conseil automatisés en investissement ou « robo-advisors » , contre 5 % des clients en moyenne . Et 9 % de ces clients patrimoniaux indiquent investir dans des entreprises via des plates-formes de financement participatif , contre 6 % en moyenne dans le financement participatif . "


robo-advisors
- Nom Commun - ÉCONOMIE-Finance | TECHNOLOGIE-Internet | ÉCONOMIE-Commerce - Position médiale - Emprunt - 17/10/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "La promesse de ce nouvel acteur sur le marché déjà très encombré des « robo-advisors » est d' offrir un diagnostic patrimonial à 360 degrés - actifs financiers , immobiliers , terres , oeuvres d' art . - donnant lieu ensuite à une série de recommandations personnalisées . « Nous nous adressons à monsieur et madame Tout le Monde qui aujourd'hui suivent "


robo-advisors
- Nom Commun - SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | ÉCONOMIE-Finance | SCIENCES-Mathématiques - Position médiale - Emprunt - 19/10/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Par exemple Vaamo , avec à sa tête Oliver Vins . Ce dernier était considéré comme un révolutionnaire il y a deux ans quand il a lancé son application de robo-advisors pour gérer la stratégie de placement financier . Avec sa vingtaine de salariés , l' entreprise n' est pas encore rentable , mais elle vient de remporter un contrat phare auprès de la banque espagnole Santander . Il s' agira de servir de développeur et gestionnaire des portefeuilles d' investissement à la filiale allemande . Un exemple de plus dans la coopération entre fintech et banques . "