Logo


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | DROIT-Justice et Législation | ÉCONOMIE-Commerce - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 26/01/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "une « prime de risque » - plus élevée pour acheter de la dette française . Les obligations du Trésor perdent du terrain par rapport à celles de l' Allemagne , le bon élève de la classe européenne . Une petite musique est ainsi arrivée aux oreilles des investisseurs . Donald Trump a bien réussi à s' installer à la Maison-Blanche . Pourquoi pas Marine Le Pen à l' Elysée ? Les Anglais ont voté la sortie de l' Union européenne . Et leur économie montre pour l' instant une bonne résistance . Alors pourquoi écarter la possibilité d' un « frexit » ? "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | DROIT-Justice et Législation | ÉCONOMIE-Commerce - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 21/04/2017 - La Tribune - PAR DELPHINE CUNY - Lien -
Contexte : "Le " candidat du frexit " qui veut aussi " évincer les fonds d' investissement et les grands groupes de toutes les sociétés liées au service public " et " retirer aux banques Goldman Sachs et JP Morgan Chase leur accès au marché du gaz en France " : "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | DROIT-Justice et Législation | POLITIQUE-Etat et Gouvernement - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 19/04/2017 - La Tribune - PAR PHILIPPE MABILLE - Lien -
Contexte : "à la roulette ( russe ) l' avenir européen de la France . Si le leader d' En marche ! parvient à se hisser au second tour , il sera , quel que soit son adversaire , le candidat de l' Europe , ce qui risque d' être un lourd fardeau à porter . Certains disent même que est le danger pour le plus jeune des postulants à l' Élysée : se laisser enfermer dans un second tour pour ou contre la participation à l' euro et à l' Europe , en somme une sorte de référendum sur le frexit avant l' heure , piège dans lequel Marine Le Pen se fera une joie de chercher à l' enfermer . Mais pourra -t-il l' éviter ? "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 26/05/2016 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Il est vrai que le taux de détention de la dette publique par le reste du monde pourrait prendre de l' importance dans une configuration exceptionnelle la France serait contrainte à un défaut de paiement sur sa dette publique , par exemple à la suite d' une sortie désordonnée de la zone euro ( « frexit » ) . "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 04/02/2017 - Le Figaro - EMMANUEL GALIERO - Lien -
Contexte : "un premier temps , nous devrons négocier avec l' Union européenne , la Banque centrale européenne , le Fonds monétaire international , l' Organisation mondial du commerce , etc . Cela nous permettra de récupérer nos frontières , notre monnaie , notre budget et notre système bancaire . Je crois que ces organisations l' accepteront car la France est la deuxième puissance européenne et un contributeur phare de l' Union . Si elles refusent , ce sera la fin de l' UE et de la zone euro car si nous n' obtenons pas satisfaction , Marine Le Pen organisera un référendum sur le frexit dans les six mois . "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 21/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Ce scénario , qui paraît peu probable , serait plus désastreux que la crise des années 2010-2012 , aux yeux de la communauté financière . Pour mémoire , la tempête déclenchée par la Grèce avait fait flamber le « spread » français à 200 points de base à l' époque . Un « frexit » serait bien plus grave , ne serait -ce qu' en raison du stock de dette en circulation : 1.620 milliards d' euros , rien que pour l' Etat . Soit l' un des plus élevés au monde . Qu' arriverait -il si cette montagne de dette était convertie en francs , sans l' accord des créanciers ? C' est la question qui obsède les marchés depuis des semaines . "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 21/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "le FN progresse dans les sondages , plus les investisseurs se méfient des emprunts d' Etat français . La dette étant détenue à 60 % par des étrangers ( fonds souverains , banques centrales , fonds de pension , sociétés de gestion . ) , l' enjeu est de taille . Depuis le début d' année , les services de Bercy chargés des relations avec les investisseurs redoublent donc de pédagogie pour faire comprendre le système électoral français et tenter d' apaiser les craintes . Car derrière la victoire du FN , les marchés voient surtout le risque d' un « frexit » . "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 21/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Si , pour l' instant , l' hypothèse est considérée comme peu probable , un « frexit » et un retour au franc bouleverseraient à coup sûr la vie des ménages et des entreprises . Au-delà de la question du changement de devise dans les contrats et les emprunts en cours de remboursement , c' est la sécurisation des financements futurs qui pourrait être remise en cause . "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 22/02/2017 - Les Echos - AUTEUR NON IDENTIFIÉ - Lien -
Contexte : "Indemnisation post-« frexit » "


frexit
- Nom Propre - ÉCONOMIE-Finance | ÉCONOMIE-Commerce | DROIT-Justice et Législation - Position médiale - Morphosémantique, Emprunt - 24/02/2017 - La Tribune - PAR ROMARIC GODIN - Lien -
Contexte : "L' explication souvent avancée de ce creusement de l' écart est le risque politique . Le spread français s' est ainsi envolé sous le coup de la montée du Front National dans les sondages et donc du risque croissant d' un « frexit » , une sortie de la zone euro de la France qui serait promue par Marine Le Pen . Cette explication est évidemment juste : depuis septembre , le taux français à 10 ans a progressé de 40 points de base , ce qui traduit un courant vendeur sur les marchés . Ce risque politique a aussi alimenté le creusement du spread italien depuis le référendum du 4 décembre et l' entrée de la vie politique de la Péninsule dans des eaux troubles . Au Portugal , le gouvernement socialiste d' Antonio Costa est sous la surveillance des marchés en"