Logo


- Nom Commun - SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | DROIT-Justice et Législation | ÉCONOMIE-Commerce - Position finale - Morphosémantique - 12/12/2015 - Le Figaro - PIERRE BARBIN - Lien -
Contexte : "La direction générale de l' Aviation civile , rattachée au , du développement durable et de l' énergie remettra dans les prochains jours un rapport au secrétaire d' État aux Transports , , affirmant que dans l' état actuel , « le marché du co-avionnage ne remplit pas toutes les règles nécessaires , et plus particulièrement sécuritaires » . La DGAC va ordonner à chaque site Internet porteur de ce mode de transport de se prémunir d' un ( CTA ) , comme il l' est déjà demandé aux pilotes professionnels ainsi qu' aux compagnies aériennes , selon . Des incertitudes concernant la maintenance des avions et la formation des pilotes ont notamment été soulevées par l' organisme . « La pratique n' entre pas dans le cadre réglementaire public » , affirme aujourd'hui la , qui pointe également un problème « lié à la"


- Nom Commun - SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | DROIT-Justice et Législation | ÉCONOMIE-Commerce - Position initiale - Morphosémantique - 12/12/2015 - Le Figaro - PIERRE BARBIN - Lien -
Contexte : "Les autorités aériennes clouent le co-avionnage au sol "


- Nom Commun - SOCIÉTÉ-Travail et Métiers | DROIT-Justice et Législation | ÉCONOMIE-Commerce - Position médiale - Morphosémantique - 12/12/2015 - Le Figaro - PIERRE BARBIN - Lien -
Contexte : "à ce sujet . Depuis quelques mois , de nouveaux acteurs de l' économie de partage bouleversent le « cercle privé de l' aviation » . Le temps d' un vol , particuliers et pilotes d' avion partagent les frais du voyage et remplissent par la même occasion les sièges vides . Reste que cette pratique , qui peut être définie comme le BlaBlaCar des airs , n' est pas du goût de tout le monde . Et notamment de la Direction générale de l' aviation civile ( DGAC ) qui a lancé une réflexion globale sur la question du co-avionnage , début septembre . Les incertitudes sécuritaires sont notamment mises en avant . La fédération française d' aéronautique s' inquiétait , elle , « d' un travail aérien déguisé ou d' une mission de transport public » . La loi stipulant qu' un pilote privé ne peut être rémunéré par ses passagers . Mais autorise tout de même qu' une participation aux frais de transport puisse être exigée par ce dernier , selon le voyage et le nombre de passagers installés dans l' avion . L' Union syndicale du personnel navigant technique ( USPNT ) avait tout de même envoyé"